La signature de l’offre de prêt

Ça y est le terrain est réservé, le contrat de construction signé, il ne nous reste plus qu’à trouver le meilleur financement.

Par le biais de mon entourage professionnel, nous faisons intervenir un courtier en prêt immobilier pour trouver le taux d’emprunt le plus bas. Cela nous permet d’avoir rapidement une proposition très intéressante. Ce document en main, nous reprenons rendez-vous avec notre banque, le Crédit Agricole. D’entrée de jeu elle s’aligne sur le taux et  nous propose en plus une partie du prêt à 0% (la moitié du montant du PTZ de l’état), valable avant la fin de l ‘année. Je contacte le courtier qui m’avoue ne pas pouvoir suivre cette nouvelle simulation.

Je ne m’arrête pas là et prends rendez-vous avec la banque concurrente de la commune : le Crédit Mutuel. Le conseiller ne me cache pas qu’il lui sera difficile de nous proposer mieux mais décide de faire passer notre dossier à sa hiérarchie pour tenter de nous faire une contre-proposition.

En parallèle, je réalise une étude sur les assurances de prêt via le site meilleurtaux.com pour comparer les taux d’assurances et les garanties. En effet depuis peu, les banques n’ont plus le monopole de l’assurance des prêts qu’elles proposent (loi Lagarde) ; elles ont droit cependant de refuser une assurance extérieure dans le cas où les garanties sont inférieures à celles proposées par leurs contrats d’assurance. Je réalise ainsi qu’il y a beaucoup à gagner à négocier également son assurance de prêt mais il faut faire très attention aux risques exclus (problèmes psychologiques et problèmes de dos notamment). J’informe les banques de mes recherches et leur informe que nous sommes prêts à souscrire une assurance de prêts autre que les leurs.

Les jours passent et la pression de faire passer le financement avant la fin de l’année commence à monter. Le Crédit Mutuel nous envoie leur contre-proposition, ils ont réussi à baisser le taux d’intérêt pour s’aligner à la simulation financière du Crédit Agricole. Atout intéressant, leur montage financier n’intègre pas d’intérêts intercalaires.

Enseigne Crédit Agricole

Pour information, ces intérêts intercalaires sont ceux auxquels on ne pense pas au début du projet et qui peuvent alourdir le coût du crédit de plusieurs milliers d’euros ! En effet tant que le prêt n’est pas entièrement débloqué (appels de fonds lors de la construction), on paie tous les mois les intérêts sur le montant débloqué (au taux majoré de 1% au taux négocié) et le capital ne commence pas à être remboursé. Je contacte ma conseillère du Crédit Agricole, lui communique la proposition du Crédit Mutuel et demande à prendre rendez-vous seulement si elle peut une dernière fois améliorer le montage financier.

Le temps presse, le rendez-vous est pris malgré l’attente de confirmation du siège de la banque.

Finalement le Crédit Agricole a fait un effort sur le taux de crédit et sur le taux d’assurance, et nous propose de segmenter le prêt en 8 pour minimiser au maximum les intérêts intercalaires. Nous décidons d’accepter leur offre et d’être assurés à 75% sur chaque tête ; c’est à dire que nous sommes chacun assurés à hauteur de 75% du montant emprunté. Nous avons fait le choix d’être mieux couverts (peu de risques exclus) mais à 75% seulement pour ne pas exploser les mensualités !

Nous signons l’offre de prêt et les contrats d’assurance de prêt le 27 décembre à l’agence. Ouf, nous voilà soulagés, du coup endettés mais heureux !

Voici plusieurs liens utiles pour négocier votre crédit immobilier et votre assurance de prêt :